Jusqu’à la dernière goutte

Faire le plein de whisky ? Le rêve de certains est en passe de devenir réalité. La start-up écossaise Celtic Renewables vient de concrétiser son projet fou : faire du pétrole avec du scotch ! Un premier essaie rendu public et surtout concluant.

 

Le carburant n’est plus vraiment du whisky lorsque la Ford Fiesta démarre. Les chercheurs ont patiemment vidé le réservoir avant de le remplir de bio butanol. Et c’est aussi simple que cela. La voiture roule. Sans aucune modification sur le moteur, c’est dans une simple Ford Fiesta que se réussit le premier test de biocarburant issu du whisky. Et quel biocarburant ? Le bio butanol est une source d’opportunités. Alors qu’il ne nécessite pas de réhabilitation ni de nouvelles infrastructure ( à l’instar des technologies électriques), le bio butanol est aussi 25 % plus performant que sa concurrence, et il est aussi produit à partir de matières renouvelables et à faible coûts, bref… C’est une mine d’or !

 

Un potentiel d’exploitation très large

 

Les chercheurs de Celtic Renewables et leurs confrères de l’université Napier ont foi en ce projet et son potentiel. Une commercialisation est déjà avancée par les équipes pour l’année 2019. Une annonce qui pourrait bien être plus sérieuse qu’elle n’y paraît. La production de whisky se développe à grand pas, et ce, non seulement en Ecosse mais dans le monde entier. La matière première requise à la fabrication du bio butanol est issu des résidus de cette production. Elle est donc de plus en plus simple d’accès. Une vérité sur le marché du whisky que les chercheurs écossais ont bien compris et qu’ils comptent bien utiliser à bon escient. L’enjeu est tel que la petite start-up veut proposer au plus vite une alternative rentable et pratique au pétrole lui-même.

 

Recycler le whisky

 

Pour atteindre ses objectifs, Celtic Renewables compte sur la facilité de production et l’abondance de matière première. Le processus de fabrication est semblable au raffinage du pétrole, le tout à partir de drèche et de pot ale. La drèche est un résidu riche en protéines que l’on retrouve au fond des cuves après le brassage de l’orge. Le pot ale est un résidu liquide issu de la première distillation, riche en levure et que l’on retrouve en quantité considérable. Pour une année, les distilleries écossaises produisent à elles seules 750.000 tonnes de drèche et 2 milliards de litres de pot ale. Des données plus qu’encourageantes en vue des performances du biocarburant et l’ouverture actuelle du whisky à travers le monde.

Michel Morice

Dernières actualités

Merci de renseigner votre date de naissance :

Pour poursuivre votre visite vous devez avoir plus de 18 ans.

- -